daniel-champ.jpg

CR Assemblée Générale 3 avril 2022

Assemblée générale de l’AMAP des Olivades du 3 avril 2022

L’assemblée générale associée à la réunion de début de saison s’est tenue aux Olivades à Ollioules ; elle est une occasion d’échanges entre tous les acteurs de l’AMAP : adhérents « Amapiens », producteurs, et bénévoles de l’organisation ; la feuille de  présence annonce 29 présents et 13 pouvoirs signés. La réunion est suivie du pique-nique, de la visite des travaux de la ferme auberge (partie restaurant), et des cultures.
Le Président de l’association ouvre la séance et rappelle l’ordre du jour.

Rapport moral
L’association Amap les Olivades a été créée un an après la naissance de l’amap et sa distribution de légumes aux Olivades. Tous les acteurs de l’AMAP sont membres. L’association (loi 1901) a un rôle officiel de représentation et de lien entre les acteurs, mais ne se substitue pas au contrat entre le Producteur et les consommateurs ; Elle s’inscrit dans la démarche solidaire entre les acteurs. Son rôle actuel, en pratique, consiste en :
-une contribution du Bureau et des autres bénévoles au fonctionnement : tâches administratives (inscriptions…)  et aide lors des distributions
-une contribution à l’animation de l’AMAP

A l’AMAP des Olivades, de nombreux producteurs apportent sur place des produits très variés, de qualité, accessibles sur commandes ou contrats, dans une démarche solidaire comparable à celle de la distribution de légumes.

Présentation du Bureau : Didier Biau (Président), Emile Bramerie (vice Président représentant le Producteur-SCEA des Olivades-), Denise Vuillon (communication et secrétariat), Pierre Belouin (animateur du Blog), un nouveau trésorier est à nommer (Didier Rivoiron devant arrêter cette activité pour raison de santé) ; Benoît Fregeac, présent dans l’assistance, se porte candidat.

Le nouveau Bureau et son nouveau trésorier, ainsi que le rapport moral sont validés par vote à l’unanimité de l’assemblée.

Présentation des autres acteurs (Comité de Pilotage) :
Outre la « permanence à l’accueil » que tous les  amapiens sont invités à faire 2 à 3 fois par an, il y a les tâches bénévoles et volontaires indispensables au bon fonctionnement de l’AMAP et de la distribution en particulier.
Ces rôles sont assurés par :

  • Les coordinateurs
    Ils assurent une présence fréquente aux distributions des légumes pour accompagner les personnes de permanence et répondre aux questions diverses (pour le lundi D Biau, D Benhamou, E Sigrand ; pour le jeudi J Degiovani, C Badier-Rivoiron, M-J Alinio).
    A noter, le manque d’1 coordinateur pour la distribution du jeudi.
  • Les référents ou « liens » avec les autres producteurs. Ils assurent le regroupement des contrats ou commandes et la livraison des produits quand le producteur ne peut pas être présent.
    Il manque des personnes « référentes «  pour certains produits.

Bilan financier 2020 2022

Les recettes sont les cotisations de l’association : la cotisation  est de 10€  en 2022 ; le solde du compte passe de 503,59€ (31/12/19) à 408,48€ (28/02/22). Les recettes sont : 685€ en 2020, 800€ en 2021, 1095€ au 3/04/22 (recette non encore intégrée au compte). Les dépenses sont de 279,44€ en 2020, 714,25€ en 2021, 377,14€ en 2022 – dépenses d’animation (galettes et boissons)
Aide financière de l’AMAP des Olivades pour l’exploitation de Philippe Bilocq (pommes, poires) pour son dispositif antigel pour 400€).
A ces dépenses s’ajoutent les frais de compte : 130,15€ en 2020, 64,86€ en 2021.
Les dépenses 2022 prévues incluent une contribution à la réfection du chemin d’accès aux Olivades.
Le bilan financier présenté et la nouvelle valeur de la cotisation sont validés en réunion par vote à l’unanimité.

Intervention de Denise Vuillon

L’AMAP fonctionne sans intermédiaire entre le producteur et ses amapiens sous la responsabilité des coordinateurs et du producteur.
Il en est de même pour les producteurs qui livrent aux Olivades, d’où la nécessité de « référents » pour assurer un lien et un suivi pour chaque produit, et il manque des volontaires.
Le prix du panier
Pas d’augmentation du prix du panier de la nouvelle saison sauf pour le demi-panier.
Il est important de préciser que la ferme Les Olivades est 100% en AMAP et que sa viabilité dépend du nombre de contrats ou paniers nécessaires à son équilibre économique.
Le prix du panier est basé sur le bilan comptable. 
 -  Ce prix nous l'obtenons en ajoutant toutes nos charges de fonctionnement de l'entreprise (4 salariés permanents + stagiaires ponctuels), nos coûts de productions et nos charges.
  - Ce montant nous le divisons par le nombre d'amapiens que nous sommes en capacité de satisfaire (surface agricole et capacité humaine de travail).
 - économiquement et pour maintenir notre activité, il nous faut distribuer 180 paniers par semaine. 
Lorsque des personnes seules ou des couples ne prenant pas les 2 repas à la maison s’engagent sur un panier tous les 15 jours, chaque contrat correspond pour nous, à un ½ panier.
Il nous faut donc 2 amapiens pour 1 unité de panier partagé.
Il n'est pas question de refuser à une personne âgée ou seule ou une petite famille, la possibilité d'avoir 1/2 panier par semaine ou 1 panier tous les 15 jours mais nous vous invitons à chercher quelqu'un pour partager le panier et faire comme nous, en permanence la promotion et la sensibilisation à l’AMAP.
Evolution de l’AMAP :
L'AMAP a 21 ans. Dans les 10 premières années, quand des personnes seules voulaient faire partie de l'AMAP, sachant que le panier vaut pour 2 adultes et 2 enfants ils partageaient chaque semaine avec un co-panier qu'ils trouvaient eux-mêmes. Ainsi notre quota était vite atteint. A l’époque nous avions trop de demandes et nous tenions une liste d'attente.
Mais à partir de 2010 nous sommes un peu victimes de notre succès. L'AMAP a beaucoup favorisé le développement des "circuits courts", des ventes de paniers en ligne, de magasins bio, des coopératives de producteurs ou de consommateurs etc. C'est tant mieux, cela correspond à une bonne évolution des choses mais, l'offre est plus importante et variée pour le consommateur.

Aujourd’hui,
L’AMAP est le plus court des « circuits courts ».
Mais il nous est difficile d'atteindre nos 180 paniers en contrats pleins. Beaucoup d’abonnés demandent des demi- paniers (une semaine sur deux), ce qui entraîne moins de contrats complets et des charges administratives supplémentaires.
Pour assurer l’équilibre économique de l’AMAP des Olivades il faudrait 160 paniers amapiens auxquels s’ajoutent 10 paniers que prennent les restaurants sous contrats et le Lycée Langevin pour une moyenne annuelle de 10 paniers. Le restaurant de Dolce Frégate prenait 35 paniers semaines. Sa défection a créé une difficulté supplémentaire et nous n’arrivons pas à nos 160 paniers amapiens.

Pourquoi la saison commence-t-elle en avril ?
Notre début de saison est en avril parce que cela correspond avec la période de notre année comptable. La nouvelle saison arrive il est vrai, après la saison naturellement la plus creuse de l’année  et après les paniers d’hiver plus réduits. Il faut reconnaitre que ce n’est pas favorable au renouvellement des contrats.
Pour l’évaluation quantitative globale du panier, on insiste bien sur le fait qu’il faut faire une moyenne annuelle, sur les 4 saisons.

Intervention de Daniel
L’agriculture est la première victime du changement climatique : les habitudes météorologiques ne sont plus d’actualité : le risque de gel en avril est devenu une réalité, même dans les serres semées des productions du printemps, ce qui influe nécessairement sur la précocité (composition) et le coût des paniers. En été au contraire, la trop forte chaleur du soleil brûle les cultures qui ne sont pas adaptées : le métier devient très difficile et il y a peu de remplacements lors des retraites des agriculteurs. En Alsace, par exemple, le risque climatique en hiver (fort gel) apparaît tous les 2 ans au lieu de tous les 6/7 ans ; 100 000 exploitations agricoles ont disparu entre les deux recensements agricoles  pour des raisons économiques et climatiques
Dans ce contexte de crise de l’agriculture paysane, la ferme intervient pour aider des démarrages agro écologiques d’exploitation nouvelles, (exemple : à Correns, Daniel et Denise ont accompagné la création de la nouvelle AMAP d’O Benhamou).

Les coûts de production
Dans le contexte actuel, on observe, de plus, des augmentations spéculatives de prix par exemple sur les engrais...)
Pour maitriser ce coût, aux Olivades, les achats d’engrais sont faits pour les productions de l’année 2022. Mais les coûts de personnel ne sont pas maîtrisables.

Les productions de printemps sont faites (courgettes, carottes, fèves, pommes de terre, salades …) et seront visibles lors de la visite des cultures cet après-midi.

Parasitologie
Concernant les parasites, le froid actuel va dans le sens d’une diminution des attaques, mais des techniques complémentaires sont indispensables : assainissement de la serre pour la « tutta absoluta »– pas de tomates plantées cette année sous la serre, tomates sous l’abri des Olivades et en plein champ, pièges permanents avec attractifs alimentaires pour les fruits...Il faut  trouver un équilibre entre prédateurs et parasites souvent issus de la mondialisation : ex. pour les fruits rouges avec un parasite : « drosophila Susuki », venu du japon  sans prédateur connu, ce qui nécessite des études longues pour trouver la solution et éviter les produits toxiques utilisés dans certains pays.

Evolution lente mais notoire de l’Agriculture Paysanne
Elle se développe : surfaces en BIO passées de 2 à 12% en 20 ans, ce qui pousse les organismes comme l’INRA à travailler dans cette direction. Mais les règles d’établissement des prix du Marché des produits mondialisés importés n’intègrent pas le même coût social, environnemental et sanitaire.
Il faut être conscient que nous ne pouvons pas comparer nos coûts de productions avec ceux des pays où on produit à bas-coûts. C’est le revers de la mondialisation.

Les menaces d’expropriation des Olivades
Le Domaine des Olivades subit toujours diverses menaces :
1) le PEM, projet de route, et des bassins de rétention d’eau associés, avant l’entrée Est des Olivades qui prévoit de boucher le ruisseau d’écoulement pouvant rendre les terres non cultivables.
2) le projet de tramway remplacé par un Bus à « haut niveau de service » sur le même trajet qui coupe le terrain agricole ; la SCEA a fait une contre proposition de tracé plus favorable et moins chère qui a la faveur des Mairies d’Ollioules et La Seyne ;
3) la propriété des terrains spoliés par TPM (lié au tramway pourtant supprimé) n’est pas réglée et en cours de démarches juridiques. Pour le point1) la SCEA travaille avec le cabinet juridique de Corinne Lepage qui a obtenu l’arrêt des travaux, la nécessité pour TPM de refaire le dossier.
Nouvelle présentation du projet de TPM mais identique au précédent.
De nouveau attaqué par le Cabinet et une demande de remise en état des lieux, mais la décision est toujours en attente du jugement définitif.

Intervention d’Agnès
Pour faciliter la charge des référents, rappel sur la nécessité de bien remplir les bons de commandes aux Producteurs : Souvent des oublis sont constatés. Un tableau est placé dans le local de distribution pour échanger avec les producteurs et les amapiens.

Pour la future ferme Auberge :
Il est prévu d’intensifier les relations avec les producteurs partenaires : fromages de chèvre, fromages de vache et beurre (à Cotignac), pain (Pilou), huile d’olives, café en commerce équitable, épices de Madagascar, Bière Bio…
Un grand merci pour le financement participatif :
Dès que possible, à l’ouverture, des repas sont prévus en retour des dons…La recherche d’un cuisinier est toujours en cours.

Présentation des producteurs partenaires

Livraison des Agneaux (Morpain) : le 11 avril.

Fromages de chèvres de Signes
Solange la chevrière est présente à la journée pour présentation /dégustation.
Les contrats pour la nouvelle saison sont disponibles.

Pommes Philippe Bilocq
Estelle S
référente transmet les remerciements pour la participation amapienne pour le financement participatif (dispositif anti gel).
Les nouvelles commandes après la saison des fruits, à partir d’octobre.

Producteurs de céréales : Estelle T. référente.
Après avoir fait quelques recommandations  aux amapiens sur le remplissage et le règlement des commandes trop aléatoires, Estelle lit les mots des 2 producteurs absents.

Farines (B Allais) de Bras
Voici un bref panorama de mon activité.
Je cultive les différentes productions de céréales légumineuses  et après nettoyage et triage, elles sont transformées en farine à l’aide de meules de type Astrié.( bien connues car elles préservent le germe qui est essentiel en nutrition et pour faire le pain)
L’activité génère 2 emplois à plein temps un temps partiel et une apprenti.
Bien cordialement

Farines et pois chiches de Pilou et Sandra (83136 Forcalqueret)
Agriculteurs depuis 2011, nous avons créé le GAEC l’Âne Rit aux Desparouches en 2014 afin
de porter un projet novateur qui nous était cher. Ce dernier reposait sur la volonté de
pouvoir proposer farine et pain valorisant les ressources locales et des savoirs
authentiques de notre région. A ce titre, l’idée était de favoriser le circuit court tout en
maîtrisant l’ensemble du cycle de production depuis la remise en culture (défrichement
écologiques des parcelles en friches à l’aide de nos ânes) jusqu’à la fabrication de la farine et la dégustation de notre pain. C’est ainsi que sous l’appellation Paysan-Boulanger, le « Fournil de Pilou » voit le jour en Septembre 2018 et propose son pain deux fois par semaine à une clientèle en demande de produits locaux propres et respectueux de l’environnement. Soucieux de réduire au minimum son empreinte carbone tout en proposant des produits de grande qualité (gustative et diététique), les activités du GAEC reposent sur la (re)mise en œuvre de procédés anciens et la maîtrise de chaque étape de la production, de la terre à la bouche.
Le cout final des produits de qualité que nous proposons, parfois un peu plus élevé que les produits conventionnels, nous permet de poursuivre, malgré les aléas, cette démarche dans laquelle nous nous sommes engagés et que nous souhaitons la plus écologique possible.

Poulets et œufs : Jérôme Leleu et F Costamagno
Jérôme :
Ne pouvant être présents Agnès nous lit son message où il témoigne d’une grande satisfaction de travailler avec l’AMAP des Olivades. Il remercie les nombreux amapiens aussi bien pour son contrat volailles que pour le nombre d’engagements à sa campagne chapons de Noël. 


Assemblée générale de l’AMAP des Olivades du 3 avril 2022

L’assemblée générale associée à la réunion de début de saison s’est tenue aux Olivades à Ollioules ; elle est une occasion d’échanges entre tous les acteurs de l’AMAP : adhérents « Amapiens », producteurs, et bénévoles de l’organisation ; la feuille de  présence annonce 29 présents et 13 pouvoirs signés. La réunion est suivie du pique-nique, de la visite des travaux de la ferme auberge (partie restaurant), et des cultures.
Le Président de l’association ouvre la séance et rappelle l’ordre du jour.

Rapport moral
L’association Amap les Olivades a été créée un an après la naissance de l’amap et sa distribution de légumes aux Olivades. Tous les acteurs de l’AMAP sont membres. L’association (loi 1901) a un rôle officiel de représentation et de lien entre les acteurs, mais ne se substitue pas au contrat entre le Producteur et les consommateurs ; Elle s’inscrit dans la démarche solidaire entre les acteurs. Son rôle actuel, en pratique, consiste en :
-une contribution du Bureau et des autres bénévoles au fonctionnement : tâches administratives (inscriptions…)  et aide lors des distributions
-une contribution à l’animation de l’AMAP

A l’AMAP des Olivades, de nombreux producteurs apportent sur place des produits très variés, de qualité, accessibles sur commandes ou contrats, dans une démarche solidaire comparable à celle de la distribution de légumes.

Présentation du Bureau : Didier Biau (Président), Emile Bramerie (vice Président représentant le Producteur-SCEA des Olivades-), Denise Vuillon (communication et secrétariat), Pierre Belouin (animateur du Blog), un nouveau trésorier est à nommer (Didier Rivoiron devant arrêter cette activité pour raison de santé) ; Benoît Fregeac, présent dans l’assistance, se porte candidat.

Le nouveau Bureau et son nouveau trésorier, ainsi que le rapport moral sont validés par vote à l’unanimité de l’assemblée.

Présentation des autres acteurs (Comité de Pilotage) :
Outre la « permanence à l’accueil » que tous les  amapiens sont invités à faire 2 à 3 fois par an, il y a les tâches bénévoles et volontaires indispensables au bon fonctionnement de l’AMAP et de la distribution en particulier.
Ces rôles sont assurés par :

  • Les coordinateurs
    Ils assurent une présence fréquente aux distributions des légumes pour accompagner les personnes de permanence et répondre aux questions diverses (pour le lundi D Biau, D Benhamou, E Sigrand ; pour le jeudi J Degiovani, C Badier-Rivoiron, M-J Alinio).
    A noter, le manque d’1 coordinateur pour la distribution du jeudi.
  • Les référents ou « liens » avec les autres producteurs. Ils assurent le regroupement des contrats ou commandes et la livraison des produits quand le producteur ne peut pas être présent.
    Il manque des personnes « référentes «  pour certains produits.

Bilan financier 2020 2022

Les recettes sont les cotisations de l’association : la cotisation  est de 10€  en 2022 ; le solde du compte passe de 503,59€ (31/12/19) à 408,48€ (28/02/22). Les recettes sont : 685€ en 2020, 800€ en 2021, 1095€ au 3/04/22 (recette non encore intégrée au compte). Les dépenses sont de 279,44€ en 2020, 714,25€ en 2021, 377,14€ en 2022 – dépenses d’animation (galettes et boissons)
Aide financière de l’AMAP des Olivades pour l’exploitation de Philippe Bilocq (pommes, poires) pour son dispositif antigel pour 400€).
A ces dépenses s’ajoutent les frais de compte : 130,15€ en 2020, 64,86€ en 2021.
Les dépenses 2022 prévues incluent une contribution à la réfection du chemin d’accès aux Olivades.
Le bilan financier présenté et la nouvelle valeur de la cotisation sont validés en réunion par vote à l’unanimité.

Intervention de Denise Vuillon

L’AMAP fonctionne sans intermédiaire entre le producteur et ses amapiens sous la responsabilité des coordinateurs et du producteur.
Il en est de même pour les producteurs qui livrent aux Olivades, d’où la nécessité de « référents » pour assurer un lien et un suivi pour chaque produit, et il manque des volontaires.
Le prix du panier
Pas d’augmentation du prix du panier de la nouvelle saison sauf pour le demi-panier.
Il est important de préciser que la ferme Les Olivades est 100% en AMAP et que sa viabilité dépend du nombre de contrats ou paniers nécessaires à son équilibre économique.
Le prix du panier est basé sur le bilan comptable. 
 -  Ce prix nous l'obtenons en ajoutant toutes nos charges de fonctionnement de l'entreprise (4 salariés permanents + stagiaires ponctuels), nos coûts de productions et nos charges.
  - Ce montant nous le divisons par le nombre d'amapiens que nous sommes en capacité de satisfaire (surface agricole et capacité humaine de travail).
 - économiquement et pour maintenir notre activité, il nous faut distribuer 180 paniers par semaine. 
Lorsque des personnes seules ou des couples ne prenant pas les 2 repas à la maison s’engagent sur un panier tous les 15 jours, chaque contrat correspond pour nous, à un ½ panier.
Il nous faut donc 2 amapiens pour 1 unité de panier partagé.
Il n'est pas question de refuser à une personne âgée ou seule ou une petite famille, la possibilité d'avoir 1/2 panier par semaine ou 1 panier tous les 15 jours mais nous vous invitons à chercher quelqu'un pour partager le panier et faire comme nous, en permanence la promotion et la sensibilisation à l’AMAP.
Evolution de l’AMAP :
L'AMAP a 21 ans. Dans les 10 premières années, quand des personnes seules voulaient faire partie de l'AMAP, sachant que le panier vaut pour 2 adultes et 2 enfants ils partageaient chaque semaine avec un co-panier qu'ils trouvaient eux-mêmes. Ainsi notre quota était vite atteint. A l’époque nous avions trop de demandes et nous tenions une liste d'attente.
Mais à partir de 2010 nous sommes un peu victimes de notre succès. L'AMAP a beaucoup favorisé le développement des "circuits courts", des ventes de paniers en ligne, de magasins bio, des coopératives de producteurs ou de consommateurs etc. C'est tant mieux, cela correspond à une bonne évolution des choses mais, l'offre est plus importante et variée pour le consommateur.

Aujourd’hui,
L’AMAP est le plus court des « circuits courts ».
Mais il nous est difficile d'atteindre nos 180 paniers en contrats pleins. Beaucoup d’abonnés demandent des demi- paniers (une semaine sur deux), ce qui entraîne moins de contrats complets et des charges administratives supplémentaires.
Pour assurer l’équilibre économique de l’AMAP des Olivades il faudrait 160 paniers amapiens auxquels s’ajoutent 10 paniers que prennent les restaurants sous contrats et le Lycée Langevin pour une moyenne annuelle de 10 paniers. Le restaurant de Dolce Frégate prenait 35 paniers semaines. Sa défection a créé une difficulté supplémentaire et nous n’arrivons pas à nos 160 paniers amapiens.

Pourquoi la saison commence-t-elle en avril ?
Notre début de saison est en avril parce que cela correspond avec la période de notre année comptable. La nouvelle saison arrive il est vrai, après la saison naturellement la plus creuse de l’année  et après les paniers d’hiver plus réduits. Il faut reconnaitre que ce n’est pas favorable au renouvellement des contrats.
Pour l’évaluation quantitative globale du panier, on insiste bien sur le fait qu’il faut faire une moyenne annuelle, sur les 4 saisons.

Intervention de Daniel
L’agriculture est la première victime du changement climatique : les habitudes météorologiques ne sont plus d’actualité : le risque de gel en avril est devenu une réalité, même dans les serres semées des productions du printemps, ce qui influe nécessairement sur la précocité (composition) et le coût des paniers. En été au contraire, la trop forte chaleur du soleil brûle les cultures qui ne sont pas adaptées : le métier devient très difficile et il y a peu de remplacements lors des retraites des agriculteurs. En Alsace, par exemple, le risque climatique en hiver (fort gel) apparaît tous les 2 ans au lieu de tous les 6/7 ans ; 100 000 exploitations agricoles ont disparu entre les deux recensements agricoles  pour des raisons économiques et climatiques
Dans ce contexte de crise de l’agriculture paysane, la ferme intervient pour aider des démarrages agro écologiques d’exploitation nouvelles, (exemple : à Correns, Daniel et Denise ont accompagné la création de la nouvelle AMAP d’O Benhamou).

Les coûts de production
Dans le contexte actuel, on observe, de plus, des augmentations spéculatives de prix par exemple sur les engrais...)
Pour maitriser ce coût, aux Olivades, les achats d’engrais sont faits pour les productions de l’année 2022. Mais les coûts de personnel ne sont pas maîtrisables.

Les productions de printemps sont faites (courgettes, carottes, fèves, pommes de terre, salades …) et seront visibles lors de la visite des cultures cet après-midi.

Parasitologie
Concernant les parasites, le froid actuel va dans le sens d’une diminution des attaques, mais des techniques complémentaires sont indispensables : assainissement de la serre pour la « tutta absoluta »– pas de tomates plantées cette année sous la serre, tomates sous l’abri des Olivades et en plein champ, pièges permanents avec attractifs alimentaires pour les fruits...Il faut  trouver un équilibre entre prédateurs et parasites souvent issus de la mondialisation : ex. pour les fruits rouges avec un parasite : « drosophila Susuki », venu du japon  sans prédateur connu, ce qui nécessite des études longues pour trouver la solution et éviter les produits toxiques utilisés dans certains pays.

Evolution lente mais notoire de l’Agriculture Paysanne
Elle se développe : surfaces en BIO passées de 2 à 12% en 20 ans, ce qui pousse les organismes comme l’INRA à travailler dans cette direction. Mais les règles d’établissement des prix du Marché des produits mondialisés importés n’intègrent pas le même coût social, environnemental et sanitaire.
Il faut être conscient que nous ne pouvons pas comparer nos coûts de productions avec ceux des pays où on produit à bas-coûts. C’est le revers de la mondialisation.

Les menaces d’expropriation des Olivades
Le Domaine des Olivades subit toujours diverses menaces :
1) le PEM, projet de route, et des bassins de rétention d’eau associés, avant l’entrée Est des Olivades qui prévoit de boucher le ruisseau d’écoulement pouvant rendre les terres non cultivables.
2) le projet de tramway remplacé par un Bus à « haut niveau de service » sur le même trajet qui coupe le terrain agricole ; la SCEA a fait une contre proposition de tracé plus favorable et moins chère qui a la faveur des Mairies d’Ollioules et La Seyne ;
3) la propriété des terrains spoliés par TPM (lié au tramway pourtant supprimé) n’est pas réglée et en cours de démarches juridiques. Pour le point1) la SCEA travaille avec le cabinet juridique de Corinne Lepage qui a obtenu l’arrêt des travaux, la nécessité pour TPM de refaire le dossier.
Nouvelle présentation du projet de TPM mais identique au précédent.
De nouveau attaqué par le Cabinet et une demande de remise en état des lieux, mais la décision est toujours en attente du jugement définitif.

Intervention d’Agnès
Pour faciliter la charge des référents, rappel sur la nécessité de bien remplir les bons de commandes aux Producteurs : Souvent des oublis sont constatés. Un tableau est placé dans le local de distribution pour échanger avec les producteurs et les amapiens.

Pour la future ferme Auberge :
Il est prévu d’intensifier les relations avec les producteurs partenaires : fromages de chèvre, fromages de vache et beurre (à Cotignac), pain (Pilou), huile d’olives, café en commerce équitable, épices de Madagascar, Bière Bio…
Un grand merci pour le financement participatif :
Dès que possible, à l’ouverture, des repas sont prévus en retour des dons…La recherche d’un cuisinier est toujours en cours.

Présentation des producteurs partenaires

Livraison des Agneaux (Morpain) : le 11 avril.

Fromages de chèvres de Signes
Solange la chevrière est présente à la journée pour présentation /dégustation.
Les contrats pour la nouvelle saison sont disponibles.

Pommes Philippe Bilocq
Estelle S
référente transmet les remerciements pour la participation amapienne pour le financement participatif (dispositif anti gel).
Les nouvelles commandes après la saison des fruits, à partir d’octobre.

Producteurs de céréales : Estelle T. référente.
Après avoir fait quelques recommandations  aux amapiens sur le remplissage et le règlement des commandes trop aléatoires, Estelle lit les mots des 2 producteurs absents.

Farines (B Allais) de Bras
Voici un bref panorama de mon activité.
Je cultive les différentes productions de céréales légumineuses  et après nettoyage et triage, elles sont transformées en farine à l’aide de meules de type Astrié.( bien connues car elles préservent le germe qui est essentiel en nutrition et pour faire le pain)
L’activité génère 2 emplois à plein temps un temps partiel et une apprenti.
Bien cordialement

Farines et pois chiches de Pilou et Sandra (83136 Forcalqueret)
Agriculteurs depuis 2011, nous avons créé le GAEC l’Âne Rit aux Desparouches en 2014 afin
de porter un projet novateur qui nous était cher. Ce dernier reposait sur la volonté de
pouvoir proposer farine et pain valorisant les ressources locales et des savoirs
authentiques de notre région. A ce titre, l’idée était de favoriser le circuit court tout en
maîtrisant l’ensemble du cycle de production depuis la remise en culture (défrichement
écologiques des parcelles en friches à l’aide de nos ânes) jusqu’à la fabrication de la farine et la dégustation de notre pain. C’est ainsi que sous l’appellation Paysan-Boulanger, le « Fournil de Pilou » voit le jour en Septembre 2018 et propose son pain deux fois par semaine à une clientèle en demande de produits locaux propres et respectueux de l’environnement. Soucieux de réduire au minimum son empreinte carbone tout en proposant des produits de grande qualité (gustative et diététique), les activités du GAEC reposent sur la (re)mise en œuvre de procédés anciens et la maîtrise de chaque étape de la production, de la terre à la bouche.
Le cout final des produits de qualité que nous proposons, parfois un peu plus élevé que les produits conventionnels, nous permet de poursuivre, malgré les aléas, cette démarche dans laquelle nous nous sommes engagés et que nous souhaitons la plus écologique possible.

Poulets et œufs : Jérôme Leleu et F Costamagno
Jérôme :
Ne pouvant être présents Agnès nous lit son message où il témoigne d’une grande satisfaction de travailler avec l’AMAP des Olivades. Il remercie les nombreux amapiens aussi bien pour son contrat volailles que pour le nombre d’engagements à sa campagne chapons de Noël.